-Une interview d’Anna et Mathilde RAMADE, où il est question de Régis Loisel et d’Hara-Kiri comme lecture d’enfance, de voix d’Opéra à capella, du plaisir d’apprendre à l’Université, de la présence de Pasolini, d’homogénéisation culturelle, de la place de la femme, de théâtre indien, de lieux partagés, du statut d’intermittent, de la place des artistes, d’aller jusqu’au bout…