Avec le couvre-feu à Toulouse et sa périphérie, plus de 1200 restaurants proposent la livraison de leurs plats à domicile, après 21 heures. Une « bouée de sauvetage » pour certains établissements. En revanche pour les livreurs  cette situation pourrait rendre leurs conditions de travail encore plus difficile. Le 30 octobre 2020 ils manifesteront pour faire entendre leur revendications.

 Yohann TAILLANDIER livreur chez Delivroo et membre du syndicat des livreurs ubérisés toulousain

La coordination CGT aéronautique s’inscrit dans la démarche de la caravane pour l’emploi et les salaires de la CGT Haute-Garonne. C'est dans ce cadre que la coordiantion s'est rassemblée le vendredi 16 octobre 2020 devant  Alten Sud Ouest à Saint Martin du Touch. Cette société dépend presque exclusivement des contrats qu'elle passe avec Airbus. Or en mars et avril 2020 Airbus a interrompu la majorit des contrats avec alten sud oeust ce qui a eu pour conéquence de mettre les salariés d'Alten Sud Ouest en activité partielle. Cependant dans les même temps la direction d'Alten SO a imposé à certains d'entre eux des missions longues en grand déplacement sans tenir compte de leur situation familiale et en les mettant sous pression. Ceux qui refausaient ces missions étaient convoqués et liencenciés. De mars à fin juillet Alten sud ouest a enregistré 205 départs sur un effectif global 2112 salarié.e.s. De quoi se poser des question sur les objectifs cachés de la direction.

Entretien avec François Michaud, délégué CGT chez Alten SO

Ils étaient 600 manifestants a avoir défilé le jeudi 15 octobre dans les rues de Toulouse pour dénoncer les mesures du Ségur de la Santé et demander de meilleures condition de travail dans les hôpitaux mais aussi dans les établissement médicaux sociaux.Une manifestation qui se déroulait le lendemain de l'annonce du couvre feu. Les manifestants ont regretté qu'aucune annonce en faveur des soignants et de l'hôpital n'ait été faites à l'occasion de cette annonce par le président de la République.

Interview de Julien Terrié secrétaire CGT au CHU de Toulouse.

La direction d'Airbus a laissé entendre qu'il pourrait ne pas y avoir de licenciements sec. Les médias et certains syndicats se sont réjouis de cette annonce tout en ignorant les conséquences que pourrait avoir le plan de sauvegarde de l'emploi sur les conditions de travail des salariés. Pour la CGT il n'y a rien de satisfaisant dans ce qui a été signé. Selon le syndicat Airbus avait la possibilité de préserver les l'ensemble des postes en redimensionnant  l'activité partielle de longue durée (APLD) à tous les salariés.

La CGT Airbus souligne  que grace à ses accords et la complicité de l'Etat la direction a les mains libres pour retructurer toute la filière aéronautique selon son bon vouloir. une mauvaise pour les salariés d'Airbus mais aussi pour tous les sous-traitants.

Entretien Patrice Thébault :

Le « Plan d’adaptation » et un accord sur l’activité partielle de longue durée (APLD) ont été signés ce lundi entre la directiond'Airbus et les syndicats représentatifs, en attendant la validation d’un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) en mars.  Selon les syndicat ces accords évitent les licenciements secs, un temps évoqué par la direction d'Airbus. Cependant si les départs volontaires ne permettent pas d'atteindre l'objectif alors de nouvelles dicussions s'ouvriront pendant le premier trimestre 2021. Ces annonces ne signifient pas que la filière aéronautique va s'en sortir sans dommage. Au contraire, les sous traitant risquent de payer le prix fort de cette crise. Pour Robert Amade de la coordination CGT de l'aéronautique ces annonces sont loin d'être aussi rassurantes que ce que cherchent à faire croire certains syndicats et certains médias. Pour lui Airbus doit obéir à la loi sur le devoir de vigilance. Une loi qui oblige le donneur d'ordre a être responsable sur le plan social et environnemental envers les salariés de la sous-traitance.

Entretien avec Robert Amade Coodination CGT Aéronautique.

- Réécoutez la "Revue de Presse" de Bernard Gensane du Lundi 12 Octobre 2020.