Depuis des années, les salariés du secteur social et médico-social dénoncent en France mais aussi en Haute-Garonne : des conditions de travail de plus en plus dégradées au sein de leurs établissements et services, un manque de moyens pour accompagner des populations dont les difficultés sont grandissantes ainsi qu'un manque d’attractivité de leurs profession dû aux salaires bien trop bas.

 

Si le 8 novembre 2021, le 1er ministre a bien reconnu dans un discours la nécessité d’une revalorisation salariale, il la soumet à la refonte des conventions collectives actuelles par les employeurs. Pour la CGT Santé et Action Sociale : le gouvernement de Jean Castex veut reprendre d’une main ce qu’il accorderait de l’autre. "Notamment en s’attaquant à nos conquis conventionnels" écrit le syndicat CGT.

 

David Portola, délégué syndical central à la CGTde l’ANRAS explique pourquoi les syndicats poussent à la mobilisation et revient sur le combat pour défendre leur conventions collectives.

 

 

 

 

Après une mobilisation inédite des salariés de Leroy Merlin, direction et représentants syndicaux ont trouvé un accord il y a quelques jours. A l’origine, le 9 novembre, la direction de Leroy Merlin concluait les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) sur un désaccord avec les syndicats.

Ces derniers n’ayant pas accepté une augmentation de salaire de 2 % après une année record de bénéfices pour Leroy Merlin et alors que l’inflation a augmenté de plus de 2 % dans le pays. Devant une direction qui n’a eu aucune volonté de redistribuer les bénéfices aux salariés, une première grève a commencé le 17 novembre dans plusieurs entrepôts Leroy Merlin.

Après 10 jours d’un rapport de force inédit, la direction de Leroy Merlin a finalement capitulé devant les syndicats et les salariés. Une hausse de salaire non plus de 2 % mais de 4 % a été actée.

Emilie Rodriguez, salariée et déléguée syndicale CGT Leroy Merlin à Montauban revient sur la dernière journée de négociation du 30 novembre et sur la force du collectif.

 

 

Discours de Cédric Caubère,  Secretaire Général de l'Union Départementale CGT 31 qui s'est exprimé mardi 23 novembre devant un garage Renault avenue des Etats-Unis lors du rassemblement organisé pour soutenir les salariés de la SAM en Aveyron.

 

Cet été le fond d’invetissement Mutares a acheté l’entreprise LAPEYRE. Saint Gobain a en effet décidé de lâcher son entreprise au grand désespoir des syndicats et des salariés. La CGT Laperye dénonce ce rachat par un fond d’investissement. Depuis le début de la vente annoncée le syndiqué CGT est à la manœuvre pour mieux proteger les salariés et pour éviter la fermeture d’usines et de magasins. En mai, une large intersyndicale appelait les salariés à la mobilisation et à la grève. Les syndicats dénoncent un plan social déguisé et craignent des licenciements pour plus de 1 000 salariés de la marque. Alors que le 1er juin dernier, le Tribunal de commerce de Paris homologuait la vente, les syndicats n’ont pas dit leur dernier mot. Jerome Briere, délégué syndicale chez Lapeyre nous en dit plus sur leur lute. Il est à noter qu’une pétition a été publiée sur internet. Les délégués syndicaux CGT appelent la population à signer cette pétition: https://www.change.org/p/emmanuel-macron-lapeyre-y-en-aura-plus Plus de 4 500 personnes ont déjà signé la pétition contre la mort du groupe centenaire et dont plus 4 000 familles sont menacés.

Lundi 25 octobre, la CGT Yeo Frais a appelé les salariés de l’entreprise à cesser le travail et à se mette en grève. Et c’est un succès. La CGT YEO Frais se félicite des très nombreux arrêts de travail qui se sont succédés dans les différentes équipes. Le syndicat CGT majoritaire dans l’entreprise exige une hausse des salaires mais aussi une amélioration des conditions de travail. La CGT dénonce un outils de travail vieillissant et inadapté aux tâches que les salariés effectuent et le syndicat dénonce des investissements qui se font attendre. Interview d'Arnaud Caraben

Le 12eme Congrès Fédéral de la fédération des Organismes Sociaux se réunit du 25 au 29 octobre au centre des Congrès Pierre Baudis. C’est la 1ere fois que Toulouse accueille un congrès des organismes sociaux. Plus de 200 personnes issues des syndicats CGT des organismes sociaux sont présents pour débattre de l’avenir de la Sécurité Sociale et des luttes à mener pour garantir une protection sociale pour tous. Safa JAWAD, de la CAF Cote d’OR, revient sur les revendications de son syndicat et des luttes concernant la Protection Sociale.

window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-133542785-1');